Vous n'êtes pas connecté


Nous avons lu et aimé

Nous avons lu et aimé

Nos impressions à partager avec vous, chers(ères) lecteur(trices).


LA TRAVERSEE DU PARADIS

RAULT ANTOINE

ALBIN MICHEL
22,90 €

La traversée évoquée dans le titre du roman, est celle d’un soldat français amnésique successivement espion à la solde des français puis des allemands en quête d’une identité.

Celle-ci s’effectue à travers une Europe qui vient de subir la terrible épreuve de la guerre de 14 et qui tente de se reconstruire sur le socle de nouvelles alliances et de nouveaux idéaux. Le communisme bolchévique s’est emparé de tous les pouvoirs. Désormais, il règne à l’aide d’une police politique terrifiante – la Tcheka – sur la Russie et bouleverse totalement la vie de ses habitants.

Mais la famine n’empêche pas d’aimer.

C’est pour retrouver la superbe danseuse Tamara que notre soldat accepte en 1920 sa mission au cœur du régime soviétique.

Le paradis qu’il découvre est en réalité bâti sur la misère, la répression et les restrictions des libertés. L’URSS prépare déjà le fameux pacte Germano-soviétique signé entre Ribbentrop et Molotov.

Ce roman haletant nous fait découvrir le dessous des cartes et des accords qui vont réorganiser le monde à venir ainsi que le souffle retenu d’hommes et de femmes oppressés.



MAUDIT SOIT L'ESPOIR

SONMEZ BURHAN

GALLIMARD
21,50 €

Voici la première traduction en français de cet auteur turc d’origine Kurde né en Anatolie en 1965.

Ce livre saisissant nous immisce dans l’intimité forcée, la promiscuité cellulaire de 4 hommes incarcérés et subissant les brutalités les plus abjectes.

Peut-on conserver l’espoir, le voir poindre au milieu de ces conditions inhumaines de survie ? La lumière peut-elle fendre la noirceur du lieu qui gagne si rapidement les esprits et les corps ?

Sous le règne de la suspicion organisée et de la méfiance entretenue, une belle fraternité voit le jour entre les 4 prisonniers. Mais l’espoir est trompeur dénonce Burhan Sönmez. Il détourne les forces de vie. Les hommes doivent le maudire et lui préférer la chaleur des discussions, l’affection immédiate pour son voisin, la force du temps présent.

Tour à tour les prisonniers se mettent à raconter récits, contes, histoires mêlées de rêves et de réalité. Ces récits les accrochent à un filet vie et les inscrivent dans le cours du temps. Les narrateurs survivent afin de pouvoir raconter et repousser les limites de leur enfer(mement).



COUPS DE CHOEUR

COLLECTIF

TALLANDIER
18,90 €

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir quelle est votre église préférée ? C’est à cette interrogation – réduite à la géographie parisienne – que 12 écrivains et historiens de l’art ont bien voulu répondre.

Outre la satisfaction de la curiosité du lecteur, l’intérêt réside dans la l’argumentation développée le long de quelques pages pour raconter ou justifier le choix.

Se dessine ainsi un parcours des lieux sacrés avec l’éventuelle découverte d’un sanctuaire méconnu, oublié ou pas encore visité.

Je commencerai par le choix de l’historien d’art, conférencier Serge Legat qui évoque la Chapelle de l’École des Beaux-Arts que je ne connais pas. Serge Legat écrit : « c’est un lieu secret, confidentiel, car fermé au public ; un lieu paradoxal où les hôtes les plus dissemblables sont à tout jamais unis : Marguerite de Valois (la reine Margot) et Alexandre Lenoir (révolutionnaire et anticlérical) ; enfin, un lieu d’exception où culture, éducation et patrimoine trouvent au cœur de Paris, un terrain d’élection liant le souvenir du musée des Monuments français et la création de l’École des beaux-arts ».

La Chapelle des Louanges, dont l’histoire nous est décrite suscite d’autant plus notre intérêt qu’il nous faudra peut-être patienter jusqu’aux prochaines Journées du Patrimoine afin d’y pénétrer.

Mon deuxième choix se porte sur l’Église Saint-Roch de la rue Saint-Honoré retenue par l’écrivain et historien d’Art Adrien Goetz dont les nombreux titres meublent nos rayons.

« Saint-Roch résume ce qu’il y de plus beau dans l’architecture religieuse française… ».

L’Église abrite à gauche de la chapelle de la Vierge un magnifique Saint Jérôme sculpté par Lambert Sigisbert Adam celui en qui Valery Larbaud, précise Adrien Goetz, salua le patron des traducteurs.

Saint-Roch est devenue la paroisse des écrivains et des artistes, comment rester insensible ?

Continuez la promenade à la découverte des trésors parisiens par l’entremise de ces auteurs férus d’histoire et d’architecture religieuse. Vous en saurez plus à propos de St-Leu-St-Gilles, la Chapelle commémorative de Louis XVI ou St-Sulpice.



PUY DU FOU

DE VILLIERS PHILIPPE

DU ROCHER
17,90 €

Le titre de l’ouvrage donne à l’enracinement dans les terres de l’enfance la place primordiale qui lui revient. C’est en effet un rêve d’enfance que Philippe de Villiers à force de détermination à réussi contre vents et marées à créer.

L’inventeur du Puy du Fou se souvient avec intérêt et émotion de ce que son instituteur lui avait confié : « Mes chers enfants, vous comprendrez plus tard que, dès les premiers âges, c’est le lieu qui vous façonne : pour le reste de la vie on est du pays de l’enfance ».

Ce livre recèle un récit épique et plein de souffle. Il relate une aventure que je qualifierais volontiers, d’aventure à la française. Mais c’est tout autant une leçon de courage et d’espoir pour tous ceux qui vivent dans leur tête de projets, d’ambitions, de rêves et qui hésitent encore à se jeter à l’eau !



TABLE RONDE
24,80 €

Lesley Blanch a traversé le XXe siècle, animée par un goût hors du commun de la vie dont le lecteur se délecte tout au long de chacune des pages tour à tour sensibles, drôles, riches d’aventures et de rencontres de ce récit.

Croquis d’une vie de bohème retrace l’existence de cette femme aristocrate anglaise et aventurière en égrainant les pans successifs de sa longue et intrépide vie (1904-2007) qui la conduisit à parcourir le monde et à découvrir entre autres l’Afghanistan, le Mexique, la Perse, la Bulgarie, les Amériques et la France…

Ainsi, les récits de ce témoignage évoquent thématiquement l’enfance, le temps de la guerre, sa vie maritale puis les « horizons lointains » et « l’œil oriental » si noblement dépaysant.

Son éducation libérale fit de Lesley Blanch une autodidacte cultivée, passionnée de littérature (notamment russe) qui réussit à magnifier sa vocation et ses talents pour le dessin. C’est ainsi qu’elle devint décoratrice de théâtre et illustratrice et qu’elle écrivit une dizaine de livres dont « Les sabres du paradis », une évocation de Pierre Loti ou « Voyage au cœur de l’esprit, fragments d’une autobiographie ». Elle fut également rédactrice pour le très fameux magazine Vogue !

Mais son génie est sans contestation possible celui de la rencontre. La plus marquante pour elle et pour nous fut celle avec l’écrivain français Romain Gary dont elle deviendra l’épouse. C’est alors qu’elle inaugura une chevauchée fantasque et fantastique où le plaisir se disputa avec la complexité souvent désopilante de partager la vie de l’écrivain. Lesley Blanch rencontra – notamment par l’intermédiaire de son mari – de nombreuses vedettes d’Hollywood et de grands écrivains comme André Malraux, Molly Keane, Carson McCullers. La chanteuse Marlène Dietrich fut l’une de ses amies et elle fréquenta de nombreux artistes ou personnes issues du monde de la politique et de la diplomatie.

Ce qui ne gâche rien, le livre Croquis d’une vie de bohème est très élégant à l’image de son auteur et offre de nombreuses illustrations et photos qui rendent encore plus vivants et palpables les récits.



PAYOT POCHE
14,00 €

L’humour est souvent l’apanage des grands hommes. Ils manient le verbe comme une arme à double tranchant. Contre eux-mêmes en se hissant par l’autodérision et contre les autres en les désarçonnant par un bon mot ou une répartie cinglante.

Les traits d’esprit qu’ils traduisent montrent leurs regards souvent lucides ou désespérés sur la nature humaine qui se trouve justement épinglée et leur assurent une distance avec la méprisable réalité.

Le présent opuscule regroupe de nombreuses citations contextualisées et rassemblées selon les périodes de la vie du Général de Gaulle depuis l’enfance jusqu’à la période d’après l’Elysée.

Je ne résiste pas à vous mettre l’eau à la bouche en tirant de ce recueil quelques citations : « La Russie boira le communisme comme le buvard boit l’eau ». Un syndicaliste chrétien reçu par le Général de Gaulle commence ainsi son intervention : « Mon Général comme nous l’avons maintes fois exposé à vos prédécesseurs… Réponse : Vous vous trompez de personne ! De Gaulle n’a pas de prédécesseurs ! Ou encore au sujet d’un ministre hâbleur : « c’est un porte-avions avec un moteur de vespa ».