Vous n'êtes pas connecté


Nous avons lu et aimé

Nous avons lu et aimé

Nos impressions à partager avec vous, chers(ères) lecteur(trices).


LGF/Livre de Poche
7,40 €

      Vous connaissez certainement et l’auteur et le titre de ce petit livre, mais l’avez-vous lu ? Si ce n’est pas le cas, prenez-le avec vous cet été : il contient deux nouveaux Évangiles et même un troisième : selon Yéchoua (Jésus), selon Pilate et… selon Éric-Emmanuel Schmitt !
      Nulle prétention de la part de l’auteur : il n’écrit pas un texte canonique mais un roman (et s’éloigne d’ailleurs bien souvent des quatre Évangiles officiels, n’en soyez pas choqués). Ce qui lui permet d’exprimer sa pensée, de revisiter à sa manière des scènes connues et de réinterpréter de façon souvent étonnante des épisodes évangéliques.
        Vous serez par exemple surpris de son explication de la trahison de Judas…   
     Un livre qui ne tient pas de place dans vos bagages et vous permettra de découvrir ou redécouvrir un Jésus imaginé par un homme qui l’aime, qui croit et qui doute (croire ne veut pas dire savoir, nous explique-t-il), un Jésus attachant dont le questionnement et le combat rejoignent bien souvent les nôtres.
     Et si en plus vous aimez les énigmes policières, vous serez heureux de suivre les pas de Pilate en quête du cadavre de Jésus, en quête de réponses à ses questions, en quête également et en même temps de sa femme. Un Pilate qui en devient lui aussi attachant… Ce sont finalement deux itinéraires de foi, celui de Jésus et celui de Pilate, que nous suivons ; trois peut-être si on ajoute celui de l’auteur.
Bonne lecture !



SEUIL
12,00 €

      Cet été, je vous propose de lire un conte. C’est cette forme littéraire que Jean-Claude Grumbert a choisi pour évoquer un des sujets les plus sinistres de notre histoire : la Shoah. Afin que la mémoire collective ne puisse effacer la trace de cette inhumanité absolue, l’écrivain ne doit-il pas n’avoir de cesse que de la nourrir ?
      Ce conte a pour cadre une forêt habitée d’un bucheron et de sa femme ayant pour seule et unique activité de lutter contre la faim et le froid.
     Aussi le passage du train prend-il à leurs yeux des allures de distraction.
     Vers quelle direction se dirige-t-il ? Drancy.   
     C’est pourtant de ce train surgit dans la noirceur de la foret que l’espoir va naître, qu’un amour va éclore métamorphosant la destinée des protagonistes.
   Ce texte dense et bouleversant restera longtemps gravé dans ma mémoire comme la traduction littéraire de la force absolue de l’amour, le signe des agissements de la Providence et la nécessité que tout homme conserve en son cœur l’espoir.
     Un conte qui rend hommage à celles et ceux qui ont tant souffert de la guerre.



LES MAINS DU MIRACLE

KESSEL, JOSEPH

Gallimard
8,60 €

     Les mains du miracle évoquées par Kessel appartiennent au jeune docteur Kristen, un spécialiste du massage thérapeutique. Au cœur de la Seconde guerre mondiale ses mains vont traduire en gestes sa pratique humaine de la médecine et son écoute bienveillante des patients.
     Mais bien que totalement voué au service des autres, le Docteur Kristen doit-il accepter de soigner Himmler le chef de la Gestapo dont les actes conduisent chaque jour tant de juifs à la mort ?
     C’est avec la conscience des dangers encourus et des actes criminels du chef militaire que le Docteur Kristen va répondre oui et choisir de privilégier avant toute autre considération l’engagement de sa vie : tenter de guérir ses patients.
     Ce choix va certes soulager Himmler de ses douleurs, mais va également sauver de nombreux juifs de la mort.
   Joseph Kessel écrit non seulement un roman poignant rendant un hommage mérité au courage et à l’intelligence humaine du Docteur Kristen mais permet également au lecteur de connaître un épisode ignoré de cette sinistre période. L’édition Folio propose d’une part un prologue expliquant le travail de l’écrivain et d’autre part une frise chronologique éclairant les évènements mis en situation.



ELENA ET LES JOUEUSES

PILLE LOLITA

STOCK
19,00 €

Il aura fallu attendre longtemps pour avoir le plaisir de découvrir un nouveau roman de Lolita Pille. Près de onze ans.
En 2002, son premier roman « Hell » sortait aux éditions Grasset, roman choc sur la jeunesse dorée parisienne. Il connaissait un succès mérité malgré une violence médiatique rare.  Puis « Bubble gum » en 2004 et « Crépuscule ville » en 2008.
Puis plus rien. La chute après le succès à été dure, très compliquée à gérer. Il aura fallu des années de recherche, de création, de réflexion pour repartir de l’avant, pour déboucher sur un projet nommé « Journal Intersexe » qui comprendra 5 romans.
« Eléna et les joueuses » est le premier.
Ce roman parle d’Eléna Filleul ancienne joueuse de tennis – qui aurait pu devenir une très grande joueuse – qui va chercher le 29 aout 2014 son fiancé Ismael Chèvreloup à la gare de Lyon sous une chaleur caniculaire.
Avant cela, elle rencontre ses amies de lycée et une discussion remplie de mélancolie et de franc-parler va lui faire se rappeler ses souvenirs d’adolescence et d’enfance.
Un style rapide, sec, à la fois moderne et classique, qui pourra rebuter certains lecteurs mais en enthousiasmer d’autre.
A découvrir en tout cas…



LES RACINES DU CIEL

GARY, ROMAIN

GALLIMARD

Ce roman bien que publié en 1956 est malheureusement toujours d’actualité, mettant en avant la protection de la nature et celle des animaux, en particulier les éléphants d’Afrique.
Nous sommes après la seconde Guerre Mondiale au Tchad et suivons Morel ancien résistant qui prend la défense des éléphants de l’Afrique-Équatoriale française qui sont massacrés par milliers pour leur viande et leur ivoire par les colons blancs.
Il va y avoir de nombreux rebondissements bien sûr pour Morel suspecté par l’URSS d’être un agent double voulant semer le trouble.
Différents témoignages de personnages vont nous faire découvrir la personnalité de ce « héros » et nous révéler un homme joyeux, idéaliste, se battant pour la liberté de l’humanité.
Un roman puissant, incontournable, comme les autres romans de Romain Gary que nous pouvons retrouver dans les 2 tomes que vient d’éditer Gallimard dans la collection de la Bibliothèque de la Pléiade et en édition Folio.



L'ILE AUX ENFANTS

BOIS ARIANE

BELFOND
19,00 €

    Des parents trompés, de jeunes enfants kidnappés et emmenés loin de chez eux pour repeupler des régions en mal de population. « Pas de fratrie au même endroit. Je ne fais qu’appliquer la consigne, moi ! » « Voyez celui-là comme il est grand » « Tâte ses biceps, c’est du costaud ».
    Non, ce n’est pas une histoire de trafic d’enfants organisé par une mafia quelconque ; nous ne sommes non plus ni au XVIIème siècle, ni dans la Russie stalinienne mais bien en France il y a quelques décennies, au cœur d’un système organisé officiellement… Dans un roman très documenté et écrit de manière enlevée, dans des pages où l’émotion qui affleure rend la vérité encore plus forte et plus évidente, Ariane Bois décrit et dénonce un scandale d’État : durant les années 1960 et 1970, le gouvernement français a organisé le « rapatriement » d’environ 2000 enfants réunionnais vers la métropole ; il souhaitait ainsi lutter contre la surnatalité de l’île et résoudre les problèmes de désertification de certaines campagnes, principalement dans le département de la Creuse. Les parents étaient trompés et la souffrance des enfants déracinés occultée et niée.

    À travers Pauline et sa petite sœur Clémence, l’auteure nous fait découvrir cette détresse des enfants et les silences et complicités qui entouraient ce projet scandaleux. Puis, dans une deuxième partie, elle nous fait vivre de manière intense, dans un style conjuguant émotion et retenue, la quête de la fille de Pauline pour retrouver des racines douloureusement enfouies au tréfonds de la mémoire. « Je réunis mes racines » dira Pauline.

    N’hésitez pas, pendant vos vacances, à ouvrir ce roman qui contribue à nous ouvrir les yeux. Dès les premières pages et jusqu’à la fin, nous sommes pris par l’histoire : très bien écrit, le livre se lit en effet presque comme une enquête policière, émouvante et palpitante. En nous faisant découvrir le destin tragique de ces enfants déracinés et un épisode peu glorieux de l’histoire récente de notre pays, il nous montre en même temps la force des liens du sang et du souvenir.