Vous n'êtes pas connecté


Nous avons lu et aimé

Nous avons lu et aimé

Nos impressions à partager avec vous, chers(ères) lecteur(trices).


PARIGRAMME
18,90 €

Le printemps dans les rues à Paris est une invitation à s’y promener la tête en l’air. Attention ! Ne vous méprenez pas sur le sens de la formule : il ne s’agit pas d’avoir la tête en l’air et d’être distrait mais bien au contraire d’être étourdi par la densité des histoires littéraires que racontent les immeubles de nos rues.

Gilles Schlesser -l’auteur de ce guide des « 500 adresses habitées par les mots » -apparait avoir vécu à toutes les époques dans notre capitale, avoir fréquenté les auteurs et leurs demeures dans tous les quartiers et s’être fait l’ami et le confident du monde littéraire.

En vous promenant dans ce guide vous ne serez pas long à comprendre que son auteur et tout aussi fin et gourmand lecteur que marcheur invétéré.

Un petit tour dans notre quartier-chapitre 6- nous informe parmi bien d’autres évocations non seulement de la présence de Pauline Viardot rue de Douai accompagnée du « Moscove » Ivan Tourguniev ou de l’installation des Frères Goncourt au 43, rue Saint Georges mais également des circonstances qui y prévalent et des sources et évocations livresques qui les racontent. Il en va ainsi dans tout Paris qui inspira et abrita la conception de beaucoup de chefs d’œuvres et de leurs géniteurs.

Une mine littéraire.



Salvator
20,00 €

Le 31 octobre prochain nous commémorerons le 500ème anniversaire de la publication par Luther sous forme d’affichage à Wittenberg des 95 thèses comprenant de nombreux griefs contre l’Eglise catholique et la papauté. Elles sont à l’origine de la distance prise par le frère augustin allemand (1483 – 1546) avec Rome.

La Réforme protestante est alors en route et va sur son chemin jusqu’à nos jours modifier profondément «  le visage et le destin de la chrétienté et de l’Europe ».

Anne Soupa, sous la forme d’un roman accessible, propose de faire revivre au moyen de conversations animées et savantes les arguments portés par «  ce catholique qui proteste » : Martin Luther.

A l’origine de la dispute la vente des indulgences et les dérives de l’Eglise. La rencontre et le dialogue qui aboutira à la rupture avec Thomas de Vio dit Cajetan – Cardinal et théologien italien envoyé en Allemagne - donne au livre une tension théologique et humaine pleine d’intérêts.

Une façon intéressante de donner au lecteur les fondements et le cadre historique de la Réforme.



BERLIN SECRET

Hessel Franz

Albin Michel
18,00 €

Ce livre écrit en 1927 et traduit pour la première en français cette année nous rappelle avec bonheur le roman d’Henri-Pierre Roché – « Jules et Jim » – et l’adaptation cinématographique qu’en fit François Truffaut. L’écrivain Franz Hessel n’est autre que le personnage Jules du roman !
L’auteur pose son regard incisif sur un Berlin cosmopolite agité par l’ivresse des fêtes, le goût pour la vie facile et la fascination exercée par les arts. Mais le lecteur ne tarde pas à deviner que l’Allemagne est à la veille de grands changements politiques et économiques qui viendront briser l’insouciance des protagonistes.
Au portrait du Berlin intime se mêle une toile historique et sociale qui transforme ces « histoires d’amour » en tragédie.



Bayard
16,90 €

Les éditions Bayard ont l’excellente idée de publier un essai tout ainsi intéressant qu’utile. En sollicitant un prêtre – Michel Kubler – et un pasteur – François Clavairoly – les éditions parviennent à organiser un dialogue fructueux et à favoriser une réunion tant espérée mais jamais aboutie…!
En moins de 300 pages le lecteur parvient à éprouver à travers un dialogue franc et riche les points d’accord et de désaccord historiques et théologiques entre catholiques et protestants et comprend l’origine de nos différences toujours d’actualité.
Les thématiques abordées sont diverses : les croyances, l’histoire avec le toujours douloureux épisode des guerres de religion, l’Eglise, le Pape, la morale et bien d’autres sujets encore.
Voici enfin un livre clair, vivant et pratique pour mieux mesurer ce qui nous unit et ce qui nous sépare encore de nos frères protestants.



FAYARD
17,00 €

Benoît Duteurtre offre dans ce recueil de petites histoires vécues son regard mi-courroucé mi-amusé sur notre monde contemporain. Le lecteur devine rapidement qu’avant de nous informer des raisons qui le conduisent à rester aujourd’hui chez lui l’auteur a beaucoup observé et beaucoup voyagé.
C’est, au-delà des agacements, des découragements ou même des énervements de l’écrivain, avec un sourire radieux, jaune ou en demi-teinte que le lecteur passe de chapitre en chapitre. La diversité des sujets abordés reflètent la curiosité et les prédilections de l’auteur qui s’interroge : « Comment la ville de Paris entend-elle diminuer la pollution en augmentant les embouteillages ». Ces histoires racontent également, et c’est très bien ainsi, les enthousiasmes notamment culturels – éloge du Vaudeville, célébration d’Olivier Messiaen… – de l’écrivain.



Bourgois
23,00 €

Le goût de Juliet Nicolson pour l’histoire de sa famille depuis 1830 jusqu’à aujourd’hui gagne le lecteur dès les premières pages du récit. Celui-ci nous embarque dans l’épopée de ces femmes distinguées par leur tempérament hardi, animées par leur beauté, guidées par leurs talents de mères ou de filles. Elles ont l’élégance de ne propager aucune ombre aux hommes prestigieux les escortant. Bien au contraire elles les révèlent au monde. Elles ont acquis le droit de se transformer en personnages de livre. Juliet Nicolson définit ainsi son projet littéraire : « Ce livre est une tentative d’entendre et de voir, d’établir un lien aussi fidèle que possible avec une longue lignée de femmes et de mettre en relief certaines étapes d’un cheminement générationnel ». Plus qu’une tentative c’est une réussite ! Loin de nous glisser dans une position d’intrus ou de spectateurs de l’intime d’une famille dont nous ne percerions les secrets que par le truchement d’une effraction malsaine, l’auteur nous confie un récit vivant et émotionnel de l’histoire de ses grands-mères et de leurs descendances.
        Pepita, Victoria, Vita, Philippa, et les autres – aristocrates anglaises – ont réussi à perpétuer une lignée agitée par les vents de l’histoire. C’est probablement là que se situe leur plus grande gloire. Si la sensualité chaleureuse de leur tempérament et les entrelacs de leurs passions amoureuses captent le lecteur, c’est l’affirmation de leurs choix qui frappe parce qu’ils ont façonné leur époque et marqué le statut social de la femme. Certaines sont célèbres comme l’écrivain Vita Sackville-West mais aucune n’est restée anonyme et ne le sera plus jamais en raison de ce récit passionné et passionnant.