Vous n'êtes pas connecté


Nous avons lu et aimé

Nous avons lu et aimé

Nos impressions à partager avec vous, chers(ères) lecteur(trices).


SUPERNOVA

Daumas Emma

Scrineo
20,00 €

Qui ne connait pas les émissions de télé-crochet à la mode comme « The Voice », « La Nouvelle Star » où il y a quelques années la « Star Academy » ! Emma Daumas est justement une ancienne participante de cette dernière ;
« Supernova » est son premier roman et qui mieux qu’elle peut parler de ce style d’émission, de cette fabrique de « stars » bien souvent éphémères à qui l’on promet la lune. Justement dans ce livre, c’est à Annabelle que cela arrive.
Repérée par le producteur à la mode de l’émission de télévision « Starcatcher », télé-crochet, elle va vite se retrouver dans la spirale infernale du succès et plus dure sera la chute… Je vous laisse découvrir ce livre qui, je l’espère, vous fera passer un agréable moment de lecture.

Kevin



Le Livre de poche
3,00 €

C’est un roman d’une grande psychologie dont Zweig par son écriture permet de dévoiler petit à petit l’intrigue, créant ainsi une sorte de tension.

Comment un homme qui n’a pas joué aux échecs depuis vingt ans peut-il battre le champion Czentovic ?

Voici tout l’art de Stefan Zweig. Par son écriture précise il déroule étape par étape comment un homme ancien joueur d’échec à pu survivre a son isolement uniquement mentalement et grâce aux échecs. Comment ne pas tomber dans la folie lorsque la vie ne se réduit qu’à quatre murs.

Le talent de Stefan Zweig réside justement ici en une écriture précise où les mots choisis dévoilent surtout la force mentale et psychologique de cet homme qui survit à la condition terrible de l’enfermement.

C’est un livre qui montre combien l’on peut être fort même dans des conditions extrêmes, un livre qui laisse à réfléchir sur les ressources inépuisables de l’esprit humain.

 

Sabine



LA MUSIQUE D'UNE VIE

MAKINE/ANDREI

SEUIL
6,00 €

Dans une gare de l’Oural des hommes épuisés attendent un train qui n’arrive pas, lorsqu‘enfin ce dernier surgit pour les mener à Moscou.

Au fond du train le narrateur écoute le récit d’un vieux musicien, pianiste en exil dont la belle carrière se voit interrompue. La musique se transforme en silence mais résonnera toujours dans sa tête, lui permettant de surmonter sa souffrance. Ni l’horreur de l’Histoire, ni la guerre, ni la déchéance ne pourra étouffer la grâce de la musique que représente Alexeï car pas un homme ne peut supprimer le train de la pensée humaine.

Par une écriture sobre mais tellement touchante Andreï Makine nous transporte au plus intime de cet homme désespéré, qui affronte avec courage et résignation le renoncement de sa vie qu’est la musique. Andreï Makine rappelle de nouveau la grande force endurante des russes dans le contexte historique difficile des purges staliniennes comme l’a si bien exprimé Dostoïevski.

 

Sabine



Denoël
18,90 €

C’est toujours dans le domaine de l’art que nous emmène Olga Lossky. Dans Le Revers de la médaille un jeune médailliste blessé par son échec au concours proposé par la monnaie de Budapest transforme son échec en grâce et permet de nous éloigner de nos préjugés religieux. Son parcours nous apprend que la relation humaine est la plus importante.

Dans ce contexte historique tragique qu’est la seconde guerre mondiale, des ponts entre les cultures, entre les religions, vont se créer. A travers ce jeune juif rejeté à cause de sa religion puis recueilli par le pape, c’est tout un cheminement spirituel qui s’offre à nous.

Avec le soutien du pape, le jeune médailliste se révèlera petit à petit et pourra sortir du poids de son histoire.

 

Comme dans ses précédents ouvrages, Olga Lossky nous transmet l’espoir, qui transcende toujours les pires épreuves.

 

Sabine



LE PLUS ET LE MOINS

De Luca Erri

Gallimard
14,50 €

                        Le plus et le moins sont des souvenirs à la fois douloureux et joyeux que relate Erri de Luca.
                        Au centre, Naples sa ville natale, mais sans oublier Turin, Ischia, Paris, Les Dolomites, tout un cheminement qui permet de mieux comprendre l’homme derrière l’écrivain.
                        Une humiliation scolaire lui offre un cadeau inespéré :
                        « J’ai été un enfant, puis un jeune garçon à l’intérieur d’une chambre en papier »
                        Par ce traumatisme, Erri de luca deviendra un écrivain qui regarde les moindres choses humaines dans la lumière de la Bible. Ce faisant il nous éclaire nous même : « l’Ecriture Sainte honore l’étranger parce qu’il est une semence du monde… »
                        Tous ces souvenirs sont aussi une source dans laquelle il est possible de puiser l’espérance de la vie et la confiance en l’avenir. Erri de Luca nous fait part de son cadeau qu’est l’écriture et qui toujours l’accompagnera.
                        Par ces récits, nous découvrons ses luttes, ses métiers, ses souvenirs, sa culture Biblique mais surtout cet homme simple révolté parfois, et tellement humain.
                        Un livre essentiel qui fait réfléchir sur notre monde, mais aussi un joli moment à travers Naples.

 

Sabine



Tallandier
18,90 €

                        David Alliot nous restitue une Arletty vraie, sincère, forte et touchante malgré ses bévues incontestables conduisant la comédienne française à vivre un peu trop librement dans une France et un Paris un peu trop occupés.

                        Que nos mémoires ont-elles retenu de Léonie Bathiat née à Courbevoie en 1898 et ayant fermé les yeux à Paris durant l’été 1992 ?

                        Des répliques cinglantes d’une femme devenue l’actrice la mieux payée de son temps lancée par le film l’Hôtel du Nord et le souvenir de la Garance des Enfants du Paradis.

                        Ce livre va plus loin et restitue l’atmosphère de la vie parisienne, culturelle et mondaine au temps des allemands.

                        Surprise ou confirmation, il y eu au cinéma et au théâtre une création extraordinaire portée, qui sait, par le besoin de résister alors que les nécessités matérielles obligeaient à frayer avec l’ennemi.

                        Arletty joue sa vie pleinement sur scène et à la ville, devenant l’amie intime de Josée de Chambrun, la fille de Pierre Laval, et s’affichant sans retenue au bras de son amant le commandant allemand Hans Jürgen Soehring.

                        La période troublée de la libération la créditera de l’aide apportée à Tristan Bernard et ne pourra lui reprocher aucun acte de collaboration politique si ce n’est l’inconscience d’une femme ayant joué sa partition égoïstement sans se soucier des circonstances.

 

Christophe